Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Hommage à Jean Dierkens

C'est peu de dire que nous avons été consternés d'apprendre le décès de Monsieur le Professeur Jean Dierkens, que nous apprécions tout particulièrement.  C'est vraiment une perte cruelle, profonde, qui nous bouleverse.

Mais nous déplorons aussi le fait que ce décès soit survenu le 24 octobre 2018 et que nous n'en ayons nullement été avisés.  En effet, jusqu'ici, personne ne nous avait fait part de la nouvelle qui, pourtant, avait été affichée dans les avis nécrologiques traditionnels (que nous ne consultons pas tous les jours !).  C'est là la parfaite illustration du fait que chacun - croyant que les autres le savent - ne communiquent rien, ce qui fait que personne ne sait ou que certains restent dans l'ignorance.

Mais parlons plutôt du défunt, lequel avait bien plus que "toute notre sympathie" : c'était un monument, un grand Monsieur, un surdoué doublé d'une gentillesse incomparable.  Grand passionné des phénomènes mystérieux, du paranormal, il avait écrit plusieurs livres sur le sujet dont le "Manuel expérimental de parapsychologie" (en notre possession) chez Casterman s'il vous plaît. 

Il avait également préfacé le livre de notre Président, M. Vanbockestal, à propos du poltergeist d'Arc-Wattripont ("Le poltergeist d'Arc-Wattripont, vérité, scandale et désinformation" JMG), une affaire dont il s'était occupé et à propos de laquelle il intervenait dans l'émission "Controverses" de Baudouin Cartuyvels, en compagnie notamment d'Eric Barbé, considéré comme l'épicentre des phénomènes, Vladimir Verovacki (de l'Univesrité de Belgrade) et de l'évêque gallican Monseigneur Meurant, e.a.

Avec son épouse, Christine, ils avaient tous deux été d'un précieux secours dans notre enquête et l'une des révélations de Jean Dierkens s'était d'ailleurs montrée très opportune.  Monsieur Dierkens se distinguait non seulement par son savoir mais aussi par sa gentillesse. 
Même si l'on pouvait plus ou moins s'attendre à son décès, car le professeur était déjà âgé de 92 ans, cela reste toujours une (très désagréable) surprise - surtout lorsqu'on l'apprend près d'un an après coup !  Cette disparition marque la perte cruelle d'un élément majeur du CERPI et provoque une infinie tristesse, un vide immense.

LOrsque j'ai contacté le professeur Dierkens pour la première fois, par téléphone, j'ai instantanément été subjugué par son intelligence et son incroyable faculté de pouvoir expliquer les choses les plus complexes très simplement.  Ses explications dégoulinaient de savoir, de douceur, de précision, d'expérience et cela n'avait rien de lassant, que du contraire.  Je comprends mieux, dès lors, que l'un de mes collègues de travail, qui l'avait eu jadis comme professeur (et qui l'appréciait beaucoup) ait été ravi de ses cours qui n'étaient jamais ennuyeux.  Quand je lui ai annoncé la triste nouvelle, il n'était visiblement pas au courant non plus et j'ai vu son visage s'allonger.  Sans trop le montrer, sobre dans ses expressions, je savais qu'il était profondément ému.
J'ai rencontré plusieurs fois le professeur Dierkens, ainsi que son épouse, Christine.  Nous avons pas mal travaillé sur l'affaire d'Arc-Wattripont, il nous a rendu beaucoup de services et il n'hésitait pas à faire notre publicité et à nous envoyer de nouveaux membres.
Par ailleurs, j'ai trouvé un magnifique reportage que lui a consacré la R.T.B.F et visible sur EUscreen, en voici le lien : 

http://www.euscreen.eu/item.html?id=EUS_DB4D8293AF315669A416C7E6BA0A0031

On y perçoit parfaitement la personnalité du professeur Dierkens, son enfance, ses études, quelques anecdotes de famille ou professionnelles, et puis on en vient aux sujets plus en rapport avec nos activités et même à Arc-Wattripont.  On ne peut que comprendre qu'il était vraiment honnête, sincère, passionné (et passionnant), surdoué mais plein de modestie et de philosophie.
M. Dierkens, c'était vraiment quelqu'un de bien : un modèle !

Reposez en paix, Monsieur Dierkens !  Avec nos regrets éternels et l'expression de notre plus profonde considération.