Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Conférence du 24/10/15 Fatima, le 4e secret

ND-de-Fatima« Best Western Hôtel Charlemagne », Lyon, le samedi 24 octobre 2015 : Conférence autour de la publication du livre « Fatima, le quatrième secret ».  À peine sorti, l’ouvrage a déjà trouvé sa place dans la bibliothèque du CERPI.  Le résumé est en ligne et c’est heureux car je serais bien incapable de synthétiser un livre que je n’ai pas (encore) lu.  Ma présence à cette conférence est autre : Comprendre les motivations de l’auteur.

« Fatima, le quatrième secret », sous-titré « La plus grande entreprise de communication entre l’Humanité et les extraterrestres » est une étude signée Daniel Robin.  Président de l’association « OVNI Investigation » et organisateur des « Rencontres des sciences et de l’inexpliqué ». Daniel Robin est déjà l’auteur (ou coauteur) de nombreux articles et de quelques livres à caractère ufologique.  Nous voilà donc fixés sur le point de vue adopté par l’auteur, même si Daniel Robin reconnait par ailleurs ne pas être hermétique à l’idée d’authentiques apparitions mariales.

Est-ce utile de revenir ici sur les faits qui se sont déroulés à Fatima entre 1915 et 1917 ?  Je suppose que oui mais, une fois n’est pas coutume, je vais être brève.

En 1915, Lucie, alors âgée de 8 ans, et deux autres fillettes, aperçoivent une forme translucide, blanche comme la neige.  Elles en parlent à leurs proches mais personne ne les croit.  Pourtant, Lucie et ses cousins, François (7 ans) et Jacinthe (5 ans) revoient à plusieurs reprises la même apparition silencieuse, qui, au fil du temps, prend l’apparence humaine d’un jeune homme d’une quinzaine d’années.  Rompant enfin le silence l’adolescent se présente aux enfants comme l’Ange de la Paix puis comme l’Ange du Portugal.  Il leur enseigne une prière et les encourage à la répéter.  Il leur apparait une dernière fois au début de l’automne et leur offre l’eucharistie.

Le 13 mai 1917, une jeune fille apparait aux enfants, leur dit « Je suis du ciel » et les invite à revenir le mois suivant.  Elle leur demande de réciter le chapelet afin d’obtenir la fin de la guerre et la paix dans le monde. 

Deuxième apparition le 13 juin 1917.  Nouvelle incitation à la prière mais aussi révélation, à Lucie, des décès prochains de François et Jacinthe (ils mourront respectivement en 1919 et 1920 de la grippe espagnole).  Pour Lucie, Jésus a d’autres projets.

Troisième apparition le 13 juillet 1917.  Nouvelle demande de prière, en l’honneur de Notre-Dame-du-Rosaire, afin d’obtenir la paix dans le monde.  L’entité confie un secret aux enfants.  Puis elle ouvre les mains et les jeunes voyants aperçoivent l’enfer, tel que le dépeignent les écritures.

Le 13 août, l’administrateur du canton, Arthur d’Oliveira Santos, enferme les enfants pour troubles à l’ordre public.  Voulait-il connaitre le secret révélé le mois précédent ?   Ou empêcher les enfants de se rendre au rendez-vous ?   Peine perdue, l’apparition se manifeste quelques jours plus tard, le 19 août.   Elle renouvelle son appel à la prière et annonce un miracle, visible de tous, le 13 octobre.

Le 13 septembre, l’entité dévoile le contenu du miracle annoncé pour le mois suivant.  Il s’agit de la venue du Seigneur, de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et de St-Joseph avec l’Enfant-Jésus.

13 octobre 1917, sixième et dernière manifestation.  L’apparition se présente comme étant Notre-Dame du Rosaire, elle demande qu’une chapelle soit bâtie en son nom.  Elle annonce la fin de la guerre.  Puis, à la stupéfaction générale, le « soleil » se met à tournoyer dans le ciel. Durant le phénomène, les trois enfants voient la sainte-famille, Notre-Dame-des-sept-douleurs accompagnée du Christ et enfin, Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Inutile de le préciser, curieux et fidèles gravitaient, toujours plus nombreux, autour des jeunes voyants.  Ainsi, le 13 octobre, jour pour lequel un miracle était annoncé, cinquante à soixante mille personnes étaient rassemblées sous la pluie.  Voilà qui fait beaucoup de témoins !  Et tous livrent la même version, décrivant le soleil comme un disque plat duquel émanait douze sources lumineuses (comme les douze apôtres de Jésus) et une treizième, plus au centre.  Le disque zigzaguait, se rapprochait dangereusement de la foule puis s’éloignait.  Certains spectateurs furent tellement choqués qu’ils s’évanouirent.  À la fin de la manifestation, tous les témoins étaient secs.  Malgré les photographes présents sur place, il n’existe pas d’images nettes du « miracle du 13 octobre 1917 ».  Mais avant de sombrer dans la théorie du complot, rappelons que la technologie de l’époque ne permettait pas de photographier les lumières vives.  En revanche, de nombreuses photos de la foule sont disponibles.  La stupeur se lit sur les visages.  De quoi faire reculer les sceptiques, tenter de crier au canular ou à l’hallucination collective.  

Entite-decrite-par-LucieMais revenons au livre et à son auteur.  Dans « Fatima, le quatrième secret », Daniel Robin rejoint le point de vue de l’ufologue Jacques Vallée, à savoir que évènements survenus à Fatima seraient de nature extra-terrestre.  Le terme extra-terrestre est à comprendre au sens large : Entités non terrestre, venant d’une autre planète, d’un autre espace-temps...  Peut-être même des humains du futur qui auraient trouvé moyen de communiquer avec les gens du passé.

Thèse séduisante.  En 2015, un disque plat envoyant des rayons lumineux fait d’avantage songer à un OVNI qu’à une manifestation mariale. D’autant que d’autres points divergent d’une apparition « classique ».   À commencer par la description que les enfants font de l’entité féminine – Une jeune fille, mesurant à peine plus d’un mètre, portant une robe capitonnée et courte (lui arrivant jusqu’aux genoux) complétée par une cape - Description très différente du portrait traditionnel de la Vierge Marie.   L’entité portait autour du cou un gros pendentif rond et doré, qui rappelle, en plus petit, le disque apparu dans le ciel au terme des manifestations.   L’entité demande aux enfants d’apprendre à lire, autrement dit de s’émanciper intellectuellement.   Cette requête rompt avec la notion d’obscurantisme souvent associée à la religion.

Malgré ces divergences, le caractère religieux des apparitions à Fatima est indéniable.  L’entité masculine se présente comme un ange tandis que l’entité féminine affirme être Notre-Dame du Rosaire.  Elle demande la création d’une chapelle et la consécration de la Russie (alors communiste) à Marie.   Elle insiste pour que les enfants prient et récitent quotidiennement le chapelet.   Les trois secrets, révélés depuis, sont tous à teneur religieuse.  Les visions perçues par les enfants, de l’enfer, de l’apocalypse, invitent à la conversion et à la repentance.  Mais rappelons que le Portugal était profondément catholique à cette époque.   Pour des êtres venus d’ailleurs, choisir une pieuse apparence pouvait être un moyen d’établir une communication sans effrayer l’auditoire.

Quelles soient de nature extra-terrestre ou religieuse, les apparitions à Fatima répondent aux caractéristiques souvent observées en présence d’entités.

Même si Lucie, Jacinthe et François sont seuls témoins directs, toutes les personnes présentes constatent un changement d’atmosphère.  Juste avant et pendant les apparitions, les températures sont plus basses.

Les voyants sont des enfants (comme à Lourdes ou à la Salette).  Les enfants semblent des cibles plus faciles.  Ils ne sont pas formatés et, comme leur cerveau est en cours de développement, ils sont plus imaginatifs et réceptifs aux visions et à la médiumnité.  Fatima, Lourdes, la Salette… Tous les jeunes voyants étaient illettrés.   Ayant peu de connaissances, ils n’ont pas cherché à interpréter le message et l’ont transmis tel qu’ils l’ont reçu.

Les femmes semblent de meilleures canaux que les hommes.

L’entité masculine (l’ange), tout comme l’entité féminine (Marie) paraissent une quinzaine d’années.   Or, c’est sous les trais d’une adolescente que la Vierge de Lourdes est apparue à Bernadette Soubirous.   Autre similitude entre les deux apparitions : Il existe un ensemble de grottes souterraines à proximité de Fatima, semblables aux grottes de Betharram à proximité de Lourdes.

Les évènements de Fatima auraient été annoncés à l’avance par des spirites.

Toutes ces remarques ne répondent pas à la question du pourquoi.

Si les apparitions à Fatima étaient mariales, comme le pense l’Église, pourquoi la Vierge s’est-elle présentée sous une apparence si déconcertante ? 

De même, si les évènements survenus à Fatima sont de nature extra-terrestre, quel en était l’objectif ?  L’entité féminine a annoncé aux enfants la fin de la guerre, mais les a aussi mis en garde : Si l’humanité ne change pas, une autre guerre succédera à celle en cours.  Volonté d’aider l’humanité ou étude menée par des êtres plus avancés, afin d’observer nos réactions, nos capacités d’analyse et d’anticipation (comme les scientifiques qui testent leurs théories sur des animaux en laboratoire)   Fatima, zone éloignée des combats, se prêtait à ce type de manipulation.

Et que penser de la communion offerte par l’ange aux enfants ?   Lucie absorbe l’hostie (solide) alors que ses compagnons n’ingèrent que du liquide.  Or, Lucie deviendra le témoin principal.  François voit les apparitions mais n’entend pas.  Cette communion miraculeuse était-elle synonyme d’eucharistie ou s’agissait-il d’autre chose, telle que la possibilité d’acquérir une vision plus aiguisée ?   En effet, c’est suite à cette communion que les enfants verront l’entité féminine.   Derrière le verni de la religion, se cachait-il un message plus large, s’adressant à l’ensemble de l’humanité ?   Les années qui suivirent les apparitions à Fatima furent riches en découvertes, en avancées technologiques, en progrès. Cette expérience nous a-t-elle permis d’évoluer et de développer nos consciences ?

Nous n’aurons probablement jamais les réponses à ces questions.   Mais une chose est certaine : Fatima est actuellement le quatrième lieu de pèlerinage dans le monde.  Les nombreuses guérisons obtenues en cette ville contribuent à la grande ferveur religieuse qui s’en dégage.  Quel que soit le but des manifestions survenues en 1917, le seul résultat incontestable est d’ordre spirituel. 

Sylviane P.

Le CERPI remercie vivement Sylviane P. qui, à notre demande, a bien voulu se rendre à la conférence en question et nous en transmettre un compte-rendu.


JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Nous avons restauré la vidéo ci-dessus, laquelle mentionnait "cette vidéo n'existe pas" !  Probablement a-t-elle été déplacée ou son nom a-t-il été modifié.

Lorsqu'une vidéo n'apparaît plus, merci de nous en informer de manière à la estaurer de la sorte si la chose est possible.  Pour cela, io suffit d'utiliser la rubrique "Contacts" et de mentionner l'URL de la page concernée (pour cela, copiez/collez donc l'adresse complète qui figure dans la barre de votre navigateur).  Merci de votre collaboration !