Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

The Gable film

Les vidéos présentes dans cet article n'émanent pas du CERPI mais ont été trouvées sur Internet.  L'affaire se déroulant dans le Michigan, l'une d'elle est en anglais (les autres sont dépourvues de bande sonore ou  ne contiennent qu'un fond sonore musical).  Mais nous donnons la plupart des explications nécessaires à la compréhension, à l'usage des personnes qui ne maîtrisent pas la langue de Shakespeare.


Il est assez rare que l'on contacte le CERPI pour lui demander son avis au sujet d'une affaire se déroulant à l'autre bout du monde.  Notre avis, sur base des images vidéo indiquées par le contact, a été vite rendu.  Les choses semblent si évidentes que... Mais avant d'aller plus loin, il serait tout indiqué de vous proposer les images en question, de mauvaise qualité certes, mais qui ont au moins l'avantage de nous proposer une énigme appartenant à un domaine qu'on ne nous soumet pas tous les jours: la cryptozoologie.  Il s'agit de ces animaux bizarres, mi-hommes mi-autre chose.  Des espèces de loups-garous, de yétis et autres hommes-chiens, sans compter les hommes-léopards (qui présentent, quant à eux, une certaine réalité - mais ne nous dissipons pas!)  A la suite de ce petit reportage, vous en saurez à peu près autant que nous au début de cette petite enquête et vous pourrez vous forger votre première opinion.  Alors allons-y!  Nous verrons après ce qu'il en est.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

A ce stade, il est évidemment assez difficile de trancher.  Chacun réagit différemment mais, en ce qui nous concerne, une lumière rouge s'allume et les soupçons s'installent.  Mais on sait très bien aussi qu'il ne convient pas de se fier aux apparences, que le vrai n'est quelquefois pas vraisemblable...  Et puis, n'est-ce pas notre rôle d'examiner les pistes qui mèneraient vers l'étrange, l'inexpliqué?  Aussi faut-il signaler qu'il existe une suite à ce film et que, dans ce dernier cas, les âmes sensibles sont invitées à s'abstenir...  Vous voilà avertis.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Ceci invite à la réflexion étant donné que la police est descendue sur les lieux, dans le Michigan et que, comme vous l'aurez remarqué, les découvertes qu'elle a faites sont plutôt macabres.  Manifestement il s'est passé là du vilain et il est facile de faire le lien entre la créature que l'on a aperçue dans les bois et le triste carnage vu à l'écran.  A en juger par les messages de notre contact, les choses semblaient plus que sérieuses et il y avait de quoi se poser des questions.  Autant le dire tout de suite, le Gable-film a roulé sa bosse sur le Net et a été relayé par quantité de sites traitant, comme le nôtre, des choses de l'inexpliqué.  Cetains se sont montrés sceptiques ou mitigés, d'autres plus affirmatifs en prétendant que l'on était là en présence d'une preuve unique de l'existence d'un dogman (homme-chien), ou d'un wherewolf (sorte de loup-garou), en tous cas d'une espèce aussi étrange que dangereuse et agressive.

Et vous, quel est votre avis?  Les images sont réelles, c'est-à-dire qu'elles n'ont pas été retouchées.  Elles sont aussi manifestement d'époque, c'est-à-dire qu'elles ne datent pas d'hier à en juger par les éléments que l'on y voit (une voiture passée de mode par exemple), elles présentent aussi des faits de la vie courante (ballades en moto-neige, travail de bûcheron, la vie dans les bois, etc. et même le passsage du brave toutou.  Puis, les choses changent de genre.  La cameraman voit quelque chose qu'il commence à filmer.  Une bête mystérieuse s'approche, inquiétante, massive.  Il s'agit d'un quadrupède puissant que l'on pourrait initialement prendre pour un ours, mais pas pour un loup.  Pourtant, il y a aussi cette démarche simiesque qui fait penser à un primate.  Un gorille peut-être?  En tous cas, force est d'avouer que, ne serait-ce que pour la qualité des images, rien ne permet d'affirmer qu'il s'agisse d'un animal hybride sorti du grand zoo du fantastique.  Les choses ne sont pas courantes, elles sont même dramatiques, cela paraît établi, mais de là à prétendre à la cryptozoologie et à un animal fabuleux, il y a un pas...  mais c'est compter sans la légende, laquelle a même fait l'objet d'une chanson qui a eu son succès à la radio.  Il s'en est suivi quantité de témoignages de personnes qui avaient vu la bête en question.

Oui... et alors?

Vous hésitez?  Bon...  Nous allons donc vous permettre d'éplucher un peu grâce à une autre vidéo:

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Et maintenant?  Mmh?  Non?  Toujours pas?

Bon!  Eh bien... il va pourtant bien falloir en venir à la solution de l'énigme s'il y en a une.

Puisqu'il est question d'animaux, il est assez normal de parler de flair...  Apparemment, notre leader n'en a pas manqué en renvoyant une première fois notre contact "à ses études" et en lui disant qu'il n'y avait là rien de bien extraordinaire, que selon lui il s'agissait ni plus ni moins que d'un "fake", un canular, une mystification.  Soit!  C'était son avis.  Mais qu'est-ce qui lui permettait d'être si affirmatif sans rien connaître du sujet?

Tout d'abord, nous dit-il, il y a le flair du détective, le feeling.  On peut toujours se tromper, ce n'est pas infaillible bien entendu, mais la première impression est souvent la bonne! 

Ensuite, je suis toujours dubitatif quand on nous propose quelque chose que l'on nous présente comme mirobolant, l'affaire du siècle, le truc "gros comme une maison" et que l'on a cette tendance à nous suggérer que l'affaire est non seulement terrifiante mais que, en plus, elle prouve quelque chose.  Là, non!  Ca me choque!  Car il faut bien autre chose que ces images, prises à distance et de mauvaise qualité pour "prouver" quoi que ce soit. 

Ce n'est pas la qualité des images en soi qui est suspecte: on sait bien que l'on ne peut pas disposer à tout moment d'un matériel nec plus ultra, que dans le feu de l'action il est très difficile de faire du travail de pro et que l'on devrait déjà se compter heureux de disposer d'images.  Mais c'est l'insistance à nous servir les choses comme une "preuve".  Et là, non!  Je dis non: pour moi cela ne prouve rien du tout! 

Dans le premier court-métrage, des images d'un museau apparaissent, on voit des dents, et puis plus rien.  Il y a une impression d'irréel.  Lorsqu'une personne se fait vraiment attaquer, ou qu'elle se sent menacée (et ne le serait-on pas en voyant un truc pareil à seulement quelques pas, se diriger vers vous?) va-t-elle se diriger vers ce machin ou se réfugier dans la voiture, par exemple?  Je pense qu'elle aura la présence d'esprit de se mettre au moins derrière celle-ci, de se tenir prête à s'y réfugier aussi vite que possible en laissant une marge de sécurité entre l'animal et lui.  Au lieu de cela, il semble y avoir une fuite (compréhensible) et puis, l'affrontement.  Mais ça ne colle pas. 

Quand une bête, un grand chien par exemple, vous attaque en mordant, les choses vont très vite.  Il y a comme un acharnement bref mais puissant procédant par saccades.  On n'a pas cette impression ici.  Mais on voit très bien le résultat ou du moins celui auquel on veut nous faire croire. 

Le déplacement de la bête est également assez étrange.  On dira peut-être que je suis exagérément suspicieux mais pour moi cela ne correspond pas à un déplacement animal.  Je pousserais bien le bouchon jusqu'à prétendre qu'il s'agit d'une personne déguisée.  Par contre, ce qui me fait tiquer c'est le déplacement latéral du bassin qui est typique de certains animaux.  Cependant, voyez-vous, bien que je ne sois pas spécialisé dans la question, j'en sais assez pour savoir que cela émane alors d'animaux de taille relativement modeste: un chien par exemple, ou un chat.  En pareille circonstance, ils procèdent de la sorte pour donner l'impression d'une masse plus importante.  C'est une forme de bluff, un truc pour faire peur à l'adversaire.  Mais un gros prédateur comprendra rapidement que sa proie est à sa portée, qu'elle ne fera pas long feu.  Conscient de sa supériorité, il n'usera pas d'un tel stratagème...

Toujours dans le premier film, on constate qu'il faut assez longtemps avant d'en venir au fait.  On nous promène dans des scènes banales de la vie quotidenne.  Les faits principaux apparaissent en dernier, comme pour donner une "image choc" et donc dans une intention voulue.  On veut nous faire croire que l'on a saisi des scènes familiales au cours desquelles une bête étrange est apparue.  Ca provoque chez moi le malaise, car c'est comme si tout cela avait été monté, réfléchi, préparé.

Il y a aussi le deuxième film et l'intervention du policier.  Or, sans savoir dire exactement pourquoi, le comportement du policier me paraît bizarre et au lieu de m'embarquer, suscite plus encore ma méfiance.  Autour du cadavre déchiqueté, le sang semble assez absent en dépit de blessures très graves.  Mais il y a autre chose.  J'ignore combien de temps il a fallu pour appeler les secours, pour que ceux-ci arrivent sur place au fond des bois et que la victime soit trouvée.  Mais une chose est sûre: il ne fait pas chaud dans le coin.  N'oublions pas que l'on voit d'abord le moto-neige qui circule, des étendues gelées... ce n'est pas le milieu de l'été!  Or, le cadavre a une peau bien claire.  Elle aurait du être plus mate, voire bleutée ou sombre.  La bête semble ne s'être intéressée qu'au tronc (bien que la position du corps ne permette pas de distinguer clairement).  Mais dans la bagarre, l'homme se serait sinon "défendu" ou aurait au moins essayé de se protéger en opposant ses bras.  Ceux-ci devraient donc présenter des lacérations ou des morsures.  On n'en voit aucune.

Quelques temps plus tard, notre contact reprend la parole et traite notre leader d'ignorant qui ferait mieux de changer de lunettes.  Il faut regarder à 3 min 32 très exactement, sur le film auquel il fait référence.  Et se montrer plus curieux: consulter les analyses, etc.  Pas commode le monsieur, et un tantinet arrogant...

Seulement voilà, ce que notre homme ne sait pas, c'est qu'il n'y a pas de 32è seconde après la 3è minute sur l'enregistrement qu'il propose!  Bizarre!  Mais cela n'a pas échappé à notre fondateur qui n'a nul besoin de nouvelles lunettes et qui a visionné tout le film image par image.  Pour en revenir à la même constatation: "Non, je maintiens ma position.  Je ne crois pas du tout à cette affaire.  désolé!"

Et c'est là que l'interlocuteur s'énerve et propose la troisième vidéo que vous avez maintenant vue, celle sur laquelle on ne voit que la bête.

Bien!  Dans ce cas... on emploie les grands moyens.  Vous aimez bien les vidéos cher monsieur?  Eh bien nous allons vous en proposer une autre et celle-ci mettra sans doute un terme à la discussion.  La voici:

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Apparemment, notre fondateur n'a rien perdu de ses talents de Sherlock Holmes.  Une grande partie de ce qu'il a dit s'est révélée parfaitement exacte, au moins dans les grandes lignes.  Certains points lui ont même permis de taper dans le mille...  Voyons ça!

1) L'auteur même du film a avoué qu'il s'agissait d'un canular. 

2) La victime n'est pas morte, elle est toujours bien vivante. 

3) Il s'agissait d'une mise en scène, assez astucieuse il est vrai et faisant illusion, mais cela reste un trucage! 

4) L'individu s'est déguisé comme on le voit à l'écran et, de loin, cela pouvait passer pour quelque chose de mystérieux et de difficile à identifier.  Pour sûr, cela rappelait le primate.  Et pour cause: puisque c'était d'un homme dont il s'agissait! Bravo M. Vanbockestal !

5) Même les décors du film sont postiches et le rendu d'époque fallacieux: une vieille caméra qui ne donnera qu'un résultat médiocre, une vieille guimbarde (appartenant à la collection du faussaire au même titre que les motos-neige) qui feront croire que tout cela date des années 70... etc. 

6) Le plus beau truc reste le faux tronc déchiqueté et placé dans le dos de la "victime" qui se trouve en fait dans un trou afin de permettre l'imposture.  C'est une bonne idée, mais c'est aussi un truc assez connu.  N'empêche, ça marche souvent.  Mais pas cette fois, en tous cas.

Allez monsieur D. soyez donc bon joueur: vous avez essayé, vous avez perdu!  Ce sera pour une autre fois! 

Finalement, mais seulement après coup et donc sans avoir le moins du monde triché, nous avons effectivement consulté la documentation.  Il apparaît que le gable-film a été reconnu comme un fake depuis 2009 déjà.  Peu importe la date réelle: les faits sont établis, l'auteur a avoué et même tout expliqué.  Il y a maintenant presque autant de vidéos qui démontrent l'imposture que d'images qui prétendent à de la cryptozoologie...

Mais vous restez libre de penser ce que vous voulez...  Cela dit, pour nous la cause est entendue.  A moins bien sûr que les aveux  soient eux aussi...un canular.  Et ça, ça existe aussi.  Retenez-le bien!

Sources des vidéos: Youtube.  Questionnez votre moteur de recherches favori, vous serez convaincus.


Vous pouvez nous aider !

La vie des chercheurs et enquêteurs du CERPI n'est pas facile.  En fait, tout est contre eux : beaucoup de travail "pour le plaisir" (aucune rémunération, bénévolat total, pas le moindre subside), opposition des sceptiques, des zététiciens, des médias, d'une concurrence parfois stupide, désinformation sournoise, agissements douteux de jaloux, bref : un monde de requins !
Pourtant des vérités restent à découvrir, des gens ont besoin que l'on s'occupe d'eux, qu'on les écoute, qu'on les rassure face à des manifestations qui les inquiètent, voire les terrorisent.  Il leur faut une solution... Le CERPI est là.
Oui mais, qui est là pour le CERPI ?  Nous devons y aller de notre poche pour nos déplacements, notre documentation, nos recherches, nos appareils, nos batteries, nos fournitures, l'hébergement et l'entretien du site.  C'est bien connu, les associations telles que la nôtre ne peuvent faire qu'avec les moyens du bord, beaucoup de bonne volonté, des trucs et des astuces, des économies de bouts de chandelles.  Mais vous pouvez nous aider de plusieurs manières :

En devenant membre du CERPI OU en devenant correspondant OU en devenant enquêteur.

N'hésitez pas !  Nous vous en demandons peu.  Nous donnons énormément !